International : Des frigos solaires au Pays de la soif

Un frigo au milieu du désert… Ce n’est plus un mirage. A l’occasion du Forum Eurafric Partners, Solaref a présenté son activité de pointe : la commercialisation de réfrigérateurs solaires, parfaitement adaptés au climat et aux besoins des populations du Sud. Des prototypes sont actuellement en test au Burkina Faso. Son dirigeant, Olivier Dervaux, ingénieur en informatique industrielle, a mis au point cette invention en collaboration avec l’école d’ingénieurs suisse l’IGT-LESBAT et le Centre écologique Albert Schweitzer (CEAS).


Le réfrigérateur de Solaref fonctionne de manière complètement autonome : sans moteur, sans électricité, sans cellules photovoltaïques ni batterie. Pour fabriquer du froid,  il utilise uniquement la chaleur du soleil, qu’il convertit en glace. En s’appuyant sur la technologie du vide, l’ingénieur a découvert un moyen simple pour faire évaporer de l’eau contenue dans un circuit fermé. Comme dans un frigo classique, c’est l’évaporation qui génère le froid. La journée, grâce au soleil, l’appareil e frigo produit de la vapeur d’eau qui est transformée en eau par un condenseur. La nuit, l’eau remonte dans le capteur par évaporation, en générant suffisamment de froid pour créer de la glace à l’intérieur du frigo. Plus l’ensoleillement est élevé le jour, plus le stock de glace grandit la nuit. La température est maintenue entre 1° et 8°C ; elle est garantie pendant une période sans soleil de trois jours maximum en climat sahélien (43°C le jour et 34°C la nuit).

Le réfrigérateur est susceptible de répondre aux besoins de tout projet de développement au Sud, et particulièrement à un usage dans des campagnes isolées qui ne disposeraient pas d’un réseau d’électricité suffisant. Il a été conçu en pensant d’abord à des applications dans le domaine de la santé : conservation de vaccins et médicaments dans des centres de soins.

 

Commerce éthique et coopératif 

 

Éthique, le projet a été initié dans une volonté de transfert technologique Nord-Sud : « On a souhaité faire du commerce coopératif en apprenant aux populations à assembler et maintenir toutes seules nos réfrigérateurs », explique Olivier Dervaux. Ainsi plusieurs centres de services seront mis en place dans les pays d’utilisation eux-mêmes. Ils auront en charge le montage, l’installation et l’après-vente des réfrigérateurs. Ce dispositif permet de former la main d’œuvre locale et de créer des emplois directs dans pays en développement. Cette innovation a été saluée par différents prix internationaux, dont le grand prix du Programme des Nations Unies pour le Développement.

Contact : Solaref - www.solaref.com

En savoir + : Patrick Civier – CCI de la Savoie - Programme RI -  p.civier@savoie.cci.fr


►Forum Eurafric Partners

Le Forum Eurafric Partners s’est tenu du 21 au 24 octobre autour des thèmes « Eau et Energie » en Afrique. Ces rencontres européennes de partenariat entre entreprises africaines et européennes ont réuni plus de 500 inscrits à la 1e journée de conférence, 250 participants aux rencontres B to B et ateliers et 135 aux visites de sites industriels. A cette occasion, la CCI de la Savoie a mis en avant des entreprises et institutions savoyardes lors d’une journée de visites dédiées au solaire sur Savoie Technolac. Une délégation de 50 responsables politiques et chefs d’entreprises africains, représentant une quinzaine de pays du continent ont pu découvrir l’INES (Institut national de l’énergie solaire) et la société Solaref.

►Perspectives africaines en 2008
Avec un taux de croissance de 6,2% en 2007, un prévisionnel de 6,3% en 2008 et de 6,4% en 2009, l’Afrique sera le seul continent épargné par le ralentissement de l’économie mondiale. En 2007, avec plus 10% des fonds investis sur les marchés émergents dans le monde, l’Afrique devient la nouvelle terre promise. De réelles opportunités existent dans les domaines de l’eau et de l’énergie, ces secteurs étant jugés prioritaires et répondant aux Objectifs du Millénaire (OMD) des Nations Unies. En effet, près de 2,6 milliards de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’eau et à l’assainissement, notamment en Afrique. Le montant des investissements nécessaires dans ce domaine sur ce continent est estimé à 20 milliards de $ par an.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :